Laurène Smith Photographie

« c’est la nuit qui vient, les nuages qui cache la lumière de la lune, obscurité abominable, uniquement des bruits, qui sont des hurlements et des lamentations et des prières et des blasphèmes, et la mer qui se lève et commence à briser de tous côté cet enchevêtrement de corps – il faut se tenir à ce qu’on trouve, une cordes, les planches, le bras de quelqu’un, la nuit entière, dans l’eau, sous l’eau, si seulement il y avait une lumière, n’importe quoi, elle est éternelle, cette obscurité,»

Océan Mer, Alessandro Barrico

© Copyrights 2018 Félix Martin – Tout droits réservés